Sign in / Join

La photographie sociale comme credo

Photographe professionnelle depuis peu, Anne Laure Mira a fait du portrait social son cheval de bataille. Mieux. Elle entend faire de la photothérapie une alternative pour des personnes timides ou marquées par la vie pour qu’elles retrouvent confiance en elles et l’estime de soi. Rencontre avec une jeune et talentueuse photographe tournée vers l’autre.

Installée depuis six ans à La Réunion, Anne Laure Mira 43 ans, diététicienne à la clinique Les Flamboyants au Port, a toujours eu un appareil photo dans les mains. Depuis son enfance, elle s’est toujours prêtée au jeu de la photo de famille et s’amusait à réaliser des portraits aux côtés de son père. Un virus qui ne la lâchera plus.
Ce qui n’était au début qu’un jeu va très vite devenir une véritable passion. Grande sportive, ceinture noire quatrième dan de judo, elle s’adonne à la photo de sport avec talent pour s’exercer et perfectionner sa technique sur le bords des tatamis.

Après un premier séjour en terre réunionnaise de 1999 à 2001, elle s’installe définitivement sur l’île en 2014. Amoureuse des paysages et des gens, elle décide de s’inscrire dans une association afin de toucher aux diverses techniques et de mieux se familiariser au numérique. Elle intègre le club photo Déclic où elle rencontre Dolia et Thierry Lheureux, se lie d’amitiés pour le couple de photographes et au travers de nombreuses sorties affine sa technique de prises de vues tout en découvrant la beauté des paysages de La Réunion. Une diversité qui l’enchante et lui permet de toucher à différents domaines de la pratique photographique dont la prise de vues de nuit de la voie lactée où les poses longues afin de sublimer la nature réunionnaise.

Après avoir créée un nouveau club avec Didier Rivière, aujourd’hui composé d’une trentaine d’adhérents, elle s’inscrit à la Fédération Photographique de France (FPF) et participe à des concours nationaux. Des concours qui lui permettent de se situer, de savoir où elle en est sur le plan technique et artistique. Une bonne émulation qui la stimule.

Professionnelle depuis le mois d’août, inscrite à la Chambre des Métiers de La Réunion, elle désire aujourd’hui travailler à temps partiel afin d’essayer de vivre de son art et consacrer ainsi plus de temps à la photographie.

J’ai débuté par le portrait qui me permet d’exploiter toute la variété ethnique que l’on retrouve à La Réunion à travers ses métissages incroyables. Cela donne une magnifique palette, une galerie de portraits tous plus uniques les uns que les autres. Je ne m’en lasse pas », avoue tout sourire la jeune et talentueuse photographe. Anne Laure, très consciencieuse, suit alors une formation en ligne avec une photographe portraitiste en Normandie, Pauline Petit. Une approche différente, « ces conseils et tutoriaux me sont très précieux. Cela m’apporte beaucoup. En septembre 2020, j’ai pu partir chez elle pour un workshop en présentiel. Une formation qui m’a encore plus incité à m’orienter vers le portrait. Car mon but, est d’allier la photographier à une forme de thérapie, à savoir la photothérapie, pour redonner confiance à des personnes en manque de repères. Un programme que j’envisage en trois séances pour apprendre à connaître la personne et pouvoir lui redonner l’assurance qui lui fait défaut. Et en cela, la photographie est un bon moyen. Savoir se mettre en scène, s’extérioriser, s’apprivoiser. De par mon expérience dans le milieu médical, beaucoup de personnes ont des blocages, que ce soit par leur apparence physique ou divers traumas, comme la prise de poids, des mutilations après des maladies ou des accidents. Se réapproprier son corps est alors une nouvelle voie vers la guérison et l’acceptation de son nouveau soi. Cela leur permet de mieux accepter leur corps et l’image qu’ils ont d’eux même, leur apprendre à avoir une meilleure estime d’eux. Qu’ils puissent s’accepter afin de pouvoir avancer dans leurs projets pros ou personnels, que cela ne soit plus un frein. C’est un projet que je souhaite développer personnellement mais aussi dans les milieux médicaux comme le Rezo Rose, afin que la photothérapie puisse apporter une aide précieuse aux femmes atteintes du cancer du sein

conclue Anne Laure Mira.

Ayant fait de la relation humaine un vrai sacerdoce, la portraitiste privilégie l’échange et le partage et base sa vision du métier sur le fondement de sa relation avec l’autre.

Retrouvez Anne Laure Mira sur FB :
Par mail : 1977.mira@gmail.com
Ou au 0692 04 48 52

Texte : Pierre Marchal
Photos : Anne Laure Mira

Laisser un commentaire

Ces articles peuvent vous intéressez